suivre eaudyssey

   

Qui est en ligne ?

Nous avons 120 invités en ligne
Home A propos de la GIRE Les quatre principes GIRE de Dublin
Les quatre principes GIRE de Dublin

La GIRE repose sur quatre (4) principes fondamentaux énoncés lors de la Conférence Internationale sur l’Eau et l’Environnement de Dublin en janvier 1992 et repris lors de la Conférence des Nations Unies sur l’Environnement et le Développement (UNCED) à Rio de Janeiro en juin 1992:

  1. Les ressources en eau sont finies et doivent être gérées selon les limites géographiques cohérentes (bassins hydrographiques ou aquifères);
  2. La participation de tous les usagers est nécessaire à la gestion des ressources en eau dans un territoire donné;
  3. Le rôle des femmes dans l'alimentation en eau, la gestion et la conservation des ressources en eau doit être reconnu et renforcé;
  4. L’eau a une valeur économique qui intègre les coûts d’acheminement, de traitement, d’administration, d'opération et de maintenance des services et les coûts environnementaux pour garantir les fonctions écologiques des milieux aquatiques.
 
Gestion par bassins et aquifères

La gestion de l'eau se fait en fonction d'unités hydrologiques ou hydrogéologiques cohérentes, soit le "bassin versant" pour les eaux de surface, soit "l'aquifère" pour les eaux souterraines. Elle ne peut être cohérente aux échelles administratives (pays, régions ou districts, départements ou blocs, communes) même si ces organes constituent les niveaux de gouvernance de l'eau.

 

Un bassin versant ou bassin hydrographique est le bassin fluvial d'un cours d'eau. Il représente le territoire dans lequel toutes les précipitations drainent (ou s'écoulent) dans le même système fluvial (un cours d'eau et ses affluents). Son contour est délimité par des frontières naturelles, les crêtes des sommets (que l’on appelle la "ligne de partage des eaux").

 

04-EN

 

Un aquifère est une nappe d'eau souterraine libre ou captive plus ou moins profonde. La quantité d'eau qu'il emmagasine dépend de la nature du sol, de sa porosité et de  sa perméabilité à l'eau. Ainsi le sable est perméable à l'eau qui s'infiltre dans les pores entre les grains de sable. L'argile est imperméable et constitue souvent la base des aquifères.

 

05-FR

 
Aspects du genre

Le troisième principe de Dublin reconnait le rôle des femmes dans la sauvegarde, la gestion et la conservation des ressources en eau.

 

"Le genre se refère aux différents rôles, droits et responsabilités des hommes et des femmes et la relation entre eux. Le genre ne signifie pas simplement les femmes ou les hommes, mais la façon par laquelle leurs qualités, comportements et identités sont déterminés à travers le processus de socialisation. Le genre est généralement associé à l’inégalité du pouvoir et de l’accès aux choix et aux ressources. Les rôles différents des hommes et des femmes sont influencés par les réalités historiques, religieuses, économiques et culturelles."

Voir http://www.fr.genderandwater.org/page/7941

 

Ainsi la GIRE et l'adaptation au changement climatique sont sexospécifiques c'est-à-dire qu'elles dépendent du genre.

Par exemple, lors d'une inondation, les hommes se mobiliseront pour faire des barrages en sacs de sable tandis que les femmes évacueront leur famille dans des zones non touchées.

 

L’analyse du genre aide les agences du secteur de l'eau à mieux allouer leurs ressources dans le but de satisfaire les besoins différents des femmes, des hommes et des groupes vulnérables.

 

06-FR

 
Participation des parties prenantes

La participation de toutes les parties prenantes à la gestion des ressources en eau est le deuxième principe de Dublin. Celui-ci préconise d'impliquer tous les acteurs (étatiques centraux et décentralisés, élus locaux, gestionnaires et usagers) d'un même bassin hydrographique ou partageant le même aquifère dans la planification et le suivi de la gestion de l'eau.

Ces parties prenantes peuvent être organisées en comités de bassin (voir chapitre sur la gestion par bassin) qui discutent et approuvent les schémas directeurs et schémas de gestion des eaux préparés après leur consultation exhaustive.

Les principaux acteurs sont les administrations centrales, les collectivités locales et les représentants des usagers et de la société civile dont les femmes.

La gestion de l'eau repose donc sur la mise en place d'un cadre institutionnel adapté à chaque contexte international, régional ou local mettant en relation l'ensemble de ces acteurs avec des fonctions déterminées.

 
Valeur économique de l'eau

L'eau est un bien économique, elle a une valeur.

Bien que toutes les religions la considère comme un don de Dieu, le coût des services d'accès à l'eau, d'alimentation en eau potable, d'assainissement, de conservation des écosystèmes aquatiques donne une valeur économique à l'eau.

Car elle est traitée pour être rendue potable ou acheminée vers les lieux de consommation, sa valeur conduit à ce qu'on limite son gaspillage.

Rogers a décrit la composition du coût de l'eau comme dans le schéma ci-dessous.

 

07-FR

 

 


© EAUDYSSEY 2012 - Mentions légales - Site réalisé par OLIVB Infographie